L’analyse des coûts et le subventionnement croisé (exercice)

On met ci-après un exercice corrigé sur l’analyse des coûts et le subventionnement croisé . Les dirigeants de l’entreprise Aumont s’interrogent sur la pertinence des coûts et souhaitent faire évoluer leur système de calcul des coûts.

Les charges indirectes d’assemblage sont réparties actuellement entre les produits en fonction des temps de machines d’assemblage. Le montant des charges d’assemblage s’élève à 70 000 € (décembre N).

Informations relatives aux temps d’assemblage (décembre N)

L'analyse des coûts et le subventionnement croisé

Après étude de l’évolution de l’atelier, vous constatez que la gestion par lots implique un réglage des machines d’assemblage à chaque changement de lot.

L’analyse des charges de décembre N vous permet de distinguer les charges liées aux heures de main-d’oeuvre d’assemblage pour 50 000 € et les charges liées aux opérations de réglage pour 20 000 €.

Vous disposez également des renseignements portant sur la taille des lots.

subvention croisé

 

Question 1. Calculer les coûts unitaires des produits suivants la méthode des centres d’analyse dans les deux situations (situation initiale d’un centre d’assemblage et situation suivante avec les centres d’assemblage et de réglage).
Question 2. Commenter vos résultats en analysant les écarts de subventionnement entre produits.

Corrigé de l’exercice sur l’analyse des coûts et le subventionnement croisé

Calcul du coût unitaire dans la situation initiale d’un centre d’assemblage 

Tableau de répartition des charges indirectes

tableau répartition charges

(1) 70 000/300

Informations portant sur le temps d’assemblage

A partir des données de tableau de répartition des charges indirectes, nous obtenons le coût unitaire des produits.

contrôle de gestion

Calcul du coût unitaire dans la situation des centres d’assemblage et réglage

CALCUL DU COÛT UNITAIRE DANS LA SITUATION INITIALE

Informations portant sur le nombre de lots

L'analyse des coûts et le subventionnement croisé

A partir des données de tableau de répartition des charges indirectes, nous obtenons le coût unitaire des produits.

répartition des charges indirectes

Analyse des écarts de subventionnement

Comparaison des deux situations

ANALYSE DES ÉCARTS DE SUBVENTIONNEMENT

Le coût d’assemblage du produit A a diminué de manière significative. A l’inverse, le produit B a augmenté dans la mesure où dans un premier temps, les coûts étaient répartis en fonction des temps de machine d’assemblage et ce quelle que soit la taille des lots.

Une analyse plus fine du processus de production a permis de constater que les charges d’assemblage étaient partiellement liées au coût d’assemblage proprement dit ainsi qu‘au coût de réglage lors du changement des lots.

De ce fait, la prise en compte des opérations de réglage a engendré une baisse significative du coût d’assemblage du produit A dans la mesure où nous n’avons que quatre lots de A (lot de grande taille). À l’inverse, on a un grand nombre de lots de B.

La prise en compte des opérations de réglage engendre ainsi une majoration du coût du produit B. Les écarts mis en évidence sont des écarts de subventionnement. Cette expression vient du fait que, dans la situation initiale, le coût du produit A était surévalué alors que celui de B était sous-évalué.

Nous pouvons dire que le produit A subventionnait le produit B; le produit A subventionnait également C mais dans une proportion moins importante.

1 réflexion au sujet de « L’analyse des coûts et le subventionnement croisé (exercice) »

Laisser un commentaire