Le compte et le débit-crédit : cours avec applications corrigés

On vient d’établir un bilan avec 24 opérations enregistrées (consultez le cours) « directement » ; mais les entreprises doivent souvent enregistrer non pas 24 mais des milliers d’opérations. Une simple page ne suffirait pas… Qu’a-t-on pu imaginer pour régler ce problème d’organisation pratique?

Le compte

Astuce 1 : on crée autant de fiches comptables que de rubriques figurant au bilan (ici onze: « immobilisations », « banque », « fournisseurs » etc.). Il suffit alors de porter sur chaque fiche les sommes en«+» ou en« – » l’une derrière l’autre.

On s’est ensuite dit que, pour faciliter les calculs, il serait judicieux d’isoler les « plus» des « moins» sur chaque fiche. On a donc décidé de mettre à gauche (il fallait bien choisir) les« plus » et de l’autre côté les« moins », d’où la présentation schématique du compte immobilisations:

compte debit credit

Les trois types d’opérations fondamentales

On constate en observant attentivement le bilan avec les 24 opérations, qu’il existe en fait trois grands types d’opérations, celles faisant intervenir:

– Deux comptes d’ «ACTIF » qui ne fonctionnent qu’entre eux (Type 1) : on voit alors que forcément l’un (augmente) quand l’autre  (diminue).

Exemple:
• Opération 3: achat d’immobilisations par chèque bancaire {deux comptes « d’actif» sont concernés: le compte « immobilisations » qui augmente de 6 500 et le compte « banque » qui baisse de 6 500).
• Opération 5: achat de titres par Chèque Bancaire (deux comptes « d’actif » sont concernés: le compte «titres» qui augmente de 300 et le compte « banque »qui baisse de 300). (Modèle présenté ci-contre).

– Deux comptes de« PASSIF» qui ne fonctionnent qu’entre eux (Type 2): on voit alors que forcément l’un augmente quand l’autre diminue.

Exemple:
• Opération 11: frais payables à crédit (comptes concernés:« fournisseurs » qui augmente de 500 et « actionnaire/gestion » qui diminue de 500).
• Opération 12: salaires à payer (comptes concernés: « personnel » qui augmente de 400 et « actionnaire/gestion » qui diminue de 400).

Constatation: pour ces deux types d’opérations il y a symétrie gauche/droite.

– Un compte« d’ACTIF » avec un compte de« PASSIF »(Type 3): surprise!

On se rend compte que: les deux ↑ simultanément.

Exemple:
• Opération 1 : apports des actionnaires par CB: (comptes concernés: « banque » et « capital » qui augmentent tous les deux en même temps) ou les deux ↓ simultanément.
• Opération 6: règlement de fournisseurs par CB (comptes concernés: «fournisseurs »et« banque »qui diminuent tous les deux en même temps).

Constatation: pour ce troisième type d’opérations il n’y a pas de symétrie gauche/droite.

L’équilibre débit/crédit

TESTEZ-VOUS !

Comment avoir la symétrie gauche/droite quel que soit le type d’opération? Ce qui ne se vérifie pas avec le 3e type d’opération.

Modèles

Nota: ici les comptes sont présentés schématiquement, c’est-à-dire sans la partie avec la date et le libellé.

compte schématique


Corrigé (astuce 2)

Il suffit de penser à inverser le sens de fonctionnement des comptes de passif par rapport à ceux d’actif!
Il faut alors penser ainsi:

compte en t
En procédant ainsi on ne change pas la symétrie des deux premiers types d’opérations, mais surtout on permet au 3eme type d’opération d’être, lui aussi toujours symétrique. C’est cette astuce qui a fait faire un grand bond à la comptabilité!

Et d’ailleurs, pourquoi souhaite-t-on qu’il y ait symétrie?

Parce que le problème majeur reste le risque d’erreur: mettre 100 dans une colonne et 1000 par erreur dans l’autre, inscrire 1279 dans une colonne et 1297 par erreur dans l’autre, mettre à gauche une somme dans un compte alors qu’il fallait la mettre à droite, etc.

Si toute opération est symétrique, il suffira de vérifier périodiquement (chaque jour ou semaine) que le total de tout ce qui a été mis à gauche dans les comptes, tous comptes confondus, est égal au total de tout ce qui a été mis à droite dans ces mêmes comptes pour être certain qu’il n’y a pas d’erreur de distraction… autrement dit, que ça « balance ».

On a appelé la partie gauche « débit » et la partie droite « crédit » :

il ne faut surtout pas essayer de faire référence à l’idée de débiteur ou à celle d’obtenir du crédit de la part de quelqu’un! Cela n’a rien à voir.

S’assurer du contrôle arithmétique « gauche/droite » (alias débit/crédit) a paru tellement important que l’on a demandé aux comptables de s’exprimer en « débit/crédit » plutôt que de parler avec les signes.

En effet si l’on considère les quatre écritures de la page précédente, de temps en temps on a: +et-, +et+, – et – quant aux signes, ce qui ne rassure pas spontanément sur un éventuel équilibre« gauche/droite » !

En fait, tant que l’on n’est pas entraîné, mieux vaut traiter les opérations en raisonnant avec les signes (comme cela a été fait jusqu’à présent). Petit à petit il suffira de passer au « débit/crédit » qui offre l’avantage, on l’a vu, d’un contrôle arithmétique, gage d’une sécurité d’enregistrement… ou apprendre par cœur les opérations de base pour acquérir certains réflexes.

Comptes corrigés

comptes corrigés

Points clés :

Fonctionnement des comptes de bilan

Il faut penser ainsi (seul moyen de conserver la symétrie gauche/droite):

actif e passif en T

Débit signifie: partie GAUCHE d’un compte
Crédit signifie: partie DROITE d’un compte

La balance des comptes

Consiste à vérifier que le total de tout ce qui a été mis à gauche (débit) est égal au total de tout ce qui a été mis à droite (crédit).

Lorsqu’on énonce une écriture, pour bien intégrer la nécessité d’un équilibre gauche (débit)/ droite (crédit) on cite d’abord le compte « débité », puis le compte « crédité ».

Exemple avec les opérations précédentes :
Opération 5: « titre » débité de 300 à « banque » créditée de 300.
Opération 12: « actionnaire/gestion » débité de 400 à « personnel » crédité de 400.
Opération 1 : « banque » débitée de 5 000 à « capital » crédité de 5 000.
Opération 6: « fournisseurs » débité de 100 à « banque » crédité de 100.


Entraînez-vous

Intérêt de cet exercice : le fonctionnement inversé « actif/passif»

Enregistrez les opérations suivantes selon le système avant l’inversion, puis avec ; vérifiez que seul le système avec inversion permet l’équilibre permanent « gauche/droite », puis établissez le bilan.

1. Apport actionnaires : 1000 par chèque bancaire (CB)
2. Achat d’une immobilisation : 800 par CB
3. Achat de titres à crédit (à un fournisseur) pour 300
4. Règlement de 100 au fournisseur de l’opération 3

balance des comptes

Corrigé de l’application :

a) Correction des opérations

1. Apport actionnaires: 1000
La banque augmente de + 1000 et on doit + 1000 aux actionnaires (compte « capital »).

2. Achat d’une immobilisation: 800 par chèque bancaire
Le compte «immobilisations» augmente de+ 800 et la banque diminue de -800.

3. Achat de titres à crédit (à un fournisseur) pour 300
Le compte «titres» augmente de + 300 et le compte «fournisseurs » augmente de + 300.

4. Règlement de 100 au fournisseur de l’opération 3
Le compte « banque » diminue de – 100 et le compte « fournisseurs » diminue de -100 (c’est, en effet, autant que l’on doit en – au fournisseur).

b) Constatations

Avec le système sans l’inversion il serait possible de tenir une comptabilité, certes, mais pour savoir s’il n’y a pas d’erreurs on est obligé d’établir le bilan, comme cela a été fait: en effet la balance des comptes ne permet pas de savoir si l’enregistrement est juste. Ici la balance donne 3400 à gauche et 1000 à droite, chiffres qui n’ont aucun rapport entre eux… et pourtant l’enregistrement est correct.

Avec le système de l’inversion, à tout moment, après toute opération, on peut contrôler qu’aucune erreur n’a été commise: en effet, ce qu’on met à gauche (débit) est perpétuellement égal à ce qu’on met à droite (crédit)…c’est ce que l’on constate ici avec les 2 200 passés au total à droite et à gauche.

Ce système est donc très efficace: son seul inconvénient consiste à mémoriser que les comptes «d’actif» et de « passif» ont un sens de fonctionnement inversé, mais avec de l’entraînement on s’habitue très vite!

le compte en comptabilité

Merci de partager le cours avec vos amis !

1 réflexion au sujet de « Le compte et le débit-crédit : cours avec applications corrigés »

Laisser un commentaire