Le comportement d’investissement-7-

L’investissement est l’acte qui consiste à acquérir des biens d’équipement durables destinés à accroître la production de biens et services dans le futur. Les dépenses d’investissement représentent le montant total que :

  • les entreprises dépensent pour l’achat d’usines, d’outillages ou d’équipements ou pour le financement des études ;
  • les ménages consacrent à l’achat de biens immobiliers neufs ;
  • l’Etat consacre aux équipements collectifs

Mais dans ce chapitre, nous nous intéressons uniquement à l’investissement privé, et notamment celui des entreprises. L’investissement public sera intégré dans les dépenses publiques.

Remarques :
– L’acquisition de valeurs mobilières (obligations, actions, …) est exclu. Il s’agit d’un simple transfert d’un élément d’actif (monnaie) vers un autre élément d’actif (actions).
– Le produit de la revente de biens d’équipements ou de biens immobiliers est également exclu. Cet acte représente un simple transfert de propriété et ne constitue en aucun cas un accroissement de la capacité productive de l’économie considéré.
– Il faut distinguer la formation brute de capital fixe (FBCF) de l’investissement (I). En effet :

I = FBCF + ΔSt (où ΔSt est la variation de stock)
– Il faut également distinguer l’investissement brut (Ibt) de l’investissement net (Int).
L’investissement net est égal à l’accroissement du stock de capital, alors que l’investissement brut intègre aussi les investissements de remplacement (les amortissements). Ces derniers servent à maintenir le stock de capital constant suite à sa dépréciation par usure physique ou par usure technologique (obsolescence). Le montant de l’amortissement est difficile à estimer, mais le plus souvent, on suppose qu’il représente une proportion constante du stock de capital de la période précédente. Si nous supposons que le stock de capital (K) se déprécie à un taux constant (δ), nous pouvons écrire :

Ibt = Int + Ατ = (Kt – Kt-1) + δ Kt-1

Rôle de l’investissement:

L’investissement joue un double rôle au sein de l’activité économique :
– En tant que composante de la demande finale globale, l’investissement est, comme la consommation, une dépense et à ce titre, il peut soutenir l’activité économique indépendamment de l’usage concret auquel il est destiné.
– Mais en tant que facteur de production, l’investissement est souvent considéré comme le moteur de la croissance économique dans la mesure où il accroît les capacités productives du pays et améliore sa productivité.

Partant de ces considérations, l’objet de ce chapitre est de déterminer les facteurs explicatifs de l’investissement. Cette tache n’est pas aisée dans la mesure où l’investissement résulte d’un choix relativement complexe où se mêlent des facteurs objectifs observables et mesurables, tel que le taux d’intérêt, et des facteurs subjectifs dont l’évaluation est difficile, telle que la confiance des milieux d’affaire.

Toutefois, tout en reconnaissant l’existence et l’importance de ces derniers facteurs, les économistes ne vont pas leur accorder beaucoup de place et vont mettre en avant, selon les écoles de pensée, un ou deux facteurs explicatifs objectifs. Les classiques se limitent au rôle fondamental du taux d’intérêt et Keynes introduit, en plus, la demande anticipée.

Voir aussi

La macroéconomie:Grandeurs macroéconomiques,éléments de comptabilité nationale et équilibre d’une économie fermée

Màj le 21 février 2017 L’existence de la macroéconomie comme domaine distinct de recherche est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *