L’équilibre sur le marché de la monnaie

Dans une économie monétaire moderne où il n’y a plus de troc, la monnaie se définit comme l’ensemble des moyens de paiement immédiatement utilisables pour acquérir des biens et services ou régler des dettes. La monnaie est le seul bien échangeable contre tous les autres biens.


Le prix de la monnaie peut être calculé de plusieurs façons :

  • Le prix nominal : c’est le prix unitaire de la monnaie qui est par définition égal à un. 1 DT vaut 1 DT et 1 € vaut 1 €.
  • Le prix relatif : c’est le pouvoir d’achat de la monnaie. Ce prix est la valeur d’une unité monétaire exprimée par rapport aux prix des autres biens et services. Si P est le niveau général des prix (NGP), alors le prix relatif de la monnaie est égal à : 1/P . Remarquons que plus le NGP est élevé, plus le plus relatif est faible.
  • Le taux d’intérêt : il mesure la valeur des services rendus par la monnaie dans le temps. Rappelons que ce taux d’intérêt peut être exprimé en terme nominal (R) ou en terme réel (r).
  • Le taux de change : il mesure la quantité de monnaie locale qu’il faut céder pour avoir une unité de monnaie étrangère.
    Exemple : le taux de change Dinar tunisien – Euro est de environ 1,7. Ceci veut dire que pour avoir un €, il faut 1,7 DT. Remarquons que le taux de change peut aussi être exprimé en terme nominal ou réel. Si nous
    notons le taux de change nominal Z, le taux de change réel Zr sera :
    Z( P */P) (où P est le NGP local et P*, le NGP à l’étranger).

Composition et mesure de la masse monétaire (quantité de monnaie):

La quantité de monnaie disponible dans une économie donnée à un moment donné est mesurée par la masse monétaire qui traduit l’ensemble des moyens de paiement détenus par les agents non financiers.

Au sens le plus strict du terme, il s’agit de l’agrégat M1 qui traduit les disponibilités monétaire et qui regroupe la monnaie fiduciaire et la monnaie scripturale. La monnaie fiduciaire est l’ensemble des billets (et pièces) en circulation (c’est-à-dire détenus par les agents non financiers). Cette composante de la monnaie est appelée monnaie centrale du fait qu’elle est émise exclusivement par la Banque Centrale. La monnaie scripturale traduit les dépôts à vue des agents non financiers auprès du système bancaire. Cette monnaie bancaire est mobilisable par les chèques, les ordres de virement ou les cartes de paiement.
Donc : M1 = B + DAV (où B = billets et DAV = dépôts à vue)

Mais de plus en plus souvent, la masse monétaire est assimilée à l’agrégat M2 qui tient compte aussi de la quasi monnaie c’est-à-dire : les dépôts à terme, les comptes spéciaux d’épargne, les certificats de dépôt et les avoirs en devises : M2 = M1 + Quasi monnaie.

 

Voir aussi

La macroéconomie:Grandeurs macroéconomiques,éléments de comptabilité nationale et équilibre d’une économie fermée

Màj le 21 février 2017 L’existence de la macroéconomie comme domaine distinct de recherche est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *