Notion de l’effet de levier

Màj le 10 mars 2017

L’effet de levier explique le passage de la rentabilité économique à la rentabilité financière, en fonction du taux d’endettement et du coût de la dette.Il désigne l’utilisation de l’endettement pour augmenter la capacité d’investissement d’une entreprise, d’un organisme financier ou d’un particulier et l’impact de cette utilisation sur la rentabilité des capitaux propres investis.

 L’effet de levier augmente la rentabilité des capitaux propres tant que le coût de l’endettement est inférieur à l’augmentation des bénéfices obtenus grâce à l’endettement. Dans le cas inverse il devient négatif. en effet le passage d’une notion à l’autre se fait de la façon suivante :

Actif économique = fonds propres + dettes financières .
Résultat d’exploitation après impôt = résultat net – résultat financier.

L’intérêt de l’effet de levier :

Le mérite de l’effet de levier est de montrer à l’analyste l’origine de rentabilité des capitaux propre : Est-ce la performance opérationnelle (bonne rentabilité économique) ; ou une structure de financement favorable qui permet de bénéficier d’un effet de levier ?

Notre expérience est que sue la durée ; seule une rentabilité économique croissante est le gage d’une progression régulière de la rentabilité des capitaux propres. L’intérêt de l’effet de levier est donc essentiellement pédagogique : comprendre comment se partage la rentabilité des capitaux propres entre la rentabilité de l’outil industriel et commercial et une pure construction financière.

L’effet de levier

Retenons les notions suivantes:

TR : Taux de rentabilité des capitaux investis avant intérêts et impôts.
RN : Résultat net.
CP : Capitaux Propres.
T : taux d’imposition.
i : taux d’intérêt moyen des dettes de financement.
FP : Financement permanent.

RN= ((TR*FP) – (i*DF))*(1-t)

Le ratio de rentabilité financière s’écrit donc :

RN/CP = ((TR*FP) – (i*DF))*(1-t) / CP.
= ((TR* (CP+DF)) – (i*DF)) * (1-t) / CP.
= ((TR*CP) + (TR*DF)) – (i*DF)) * (1-t) / CP.
=(( TR + ( TR – i) * DF/CP) * (1-t)

Sans tenir compte de l’imposition de RN:

RN/CP = ( TR + (TR – i) * DF/CP)

DF/CP est le levier. La rentabilité financière est déterminer par la rentabilité économique, le coût de l’endette et la structure financière.

NB :
Si l’effet de levier est positif ==>> TR > i
Si l’effet de levier est négatif ==>> TR < i

Quel est l’impact de l’effet levier sur vos investissements ?

L’effet levier provoqué par l’endettement des entreprises permet d’augmenter la rentabilité pour les actionnaires, mais augmente aussi les risques pris. Les entreprises s’endettent pour maximiser la rentabilité de leurs investissements. Mais les charges financières constituent des coûts fixes qui peuvent être problématiques en cas de difficultés financières.

L’effet levier doit donc être utilisé prudemment. En quoi consiste-t-il exactement ? Quel est son intérêt pour les actionnaires, et quel niveau idéal doit rechercher un investisseur de long-terme ?

Qu’est-ce que la dette financière d’une entreprise ?

Pour investir dans un nouveau projet, une entreprise utilise deux sources de financement complémentaires : les capitaux propres et la dette financière.

Les capitaux propres correspondent au capital initial avec lequel a été créée l’entreprise, auquel on ajoute les bénéfices qui n’ont pas été redistribués aux actionnaires sous la forme de dividendes. Les capitaux propres varient également en fonction des augmentations de capital et des rachats d’actions.

La dette financière est constituée par l’argent prêté à l’entreprise par des créanciers : banques, porteurs d’obligations, etc. C’est une dette long-terme, au contraire des dettes d’exploitation qui sont des dettes de court-terme et qui couvrent des besoins ponctuels de liquidité.

Les dettes financières sont obtenues en contrepartie de l’application d’un taux d’intérêt, qui rémunère le risque pris par les créanciers.

Pourquoi les entreprises s’endettent-elles ?

Les entreprises s’endettent car elles espèrent que le bénéfice obtenu en investissant dans leurs projets sera supérieur aux intérêts qu’elles devront verser à leurs créanciers.

En termes comptable, on dit que le résultat d’exploitation de l’activité financée par la dette est espéré supérieur aux charges financières associées à cette dette. La différence entre le résultat d’exploitation et les charges financières est appelé le résultat courant.

Quel est l’intérêt pour l’actionnaire ?

Le bénéfice dégagé par l’investissement financé par la dette revient aux actionnaires : dividendes, rachats d’actions, augmentations des capitaux propres.

Ce bénéfice vient s’ajouter à celui obtenu en investissant les capitaux propres de l’entreprise : c’est ce qu’on appelle l’effet levier. Il s’agit d’un coefficient multiplicateur obtenu en divisant l’actif total de l’entreprise par la somme de ses capitaux propres :

effet-levier

Prenons l’exemple d’une société qui dispose d’un actif total de 20.000 € et qui obtient un résultat de 2.000 €, soit une rentabilité économique (ROA) de 10%.

Si les actifs ont été financés à 100% par les capitaux propres de l’entreprise : cela signifie que les actionnaires ont investi 20.000€ et en ont récupéré 2.000€ : la rentabilité financière (ROE) obtenue est de 10%.

Si ces actifs sont financés à 50 % par de la dette financière : cela signifie que les actionnaires n’ont investi que 50% de 20.000 €, soit 10.000 € : et ils récupèrent toujours 2.000 €. Cette fois-ci la rentabilité financière obtenue est donc de 2.000/10.000 = 20%.

L’effet levier est ici de 20.000 € (l’actif total de l’entreprise) / 10.000 € (les capitaux propres de l’entreprise) = 2 . Cet effet levier multiplie le rendement obtenu par l’entreprise, c’est à dire la rentabilité économique de 10 %, pour obtenir un rendement obtenu par l’actionnaire supérieur, ici de 10 % * 2 = 20 %.

Quel risque pour l’actionnaire ?

On a considéré jusqu’ici que le résultat courant de l’opération est positif, conformément à ce qu’espère l’entreprise.

Que se passe-t-il dans le cas contraire où le résultat dégagé ne suffit pas à payer les intérêts dus ? Ces intérêts vont alors devoir être payés soit en utilisant le bénéfice généré par les capitaux propres de la société, soit en utilisant les capitaux propres eux-mêmes.

Les risques sont donc :

  • Une forte chute de la rentabilité pour l’actionnaire ;
  • Un risque opérationnel pour l’entreprise qui est obligée de faire face à des paiements fixes qui peuvent être importants.
  • Un effet levier de 2 est un maximum à ne pas dépasser pour un investissement prudent et de long-terme.

En effet des effets leviers supérieurs impliquent un montant total de dettes à rembourser supérieur à l’ensemble des capitaux propres dont dispose l’entreprise. De tels montages financiers sont très risqués et doivent être surveillés de très près et régulièrement, ce qui est incompatible avec un investissement à long-terme.

Exercice 1 sur l’effet de levier:

L’endettement entraîne un accroissement du taux de rentabilité des fonds propres, cet accroissement constitue l’effet de levier. Pour le mettre en évidence nous allons considérer deux entreprises : l’entreprise A non endettée et l’entreprise B qui a recours à l’endettement.

  •   le total d’actif de l’entreprise A est de 10 000 DHS (fonds propres)
  • le total d’actif de l’entreprise B est de 10 000 DHS ( fonds propres 2000 et dettes 8000)
  • le taux de rentabilité économique est égal à 15 % du total de l’actif

Trois hypothèses peuvent être envisagées :

taux de rentabilité économique est supérieure au coût de l’endettement :


Donc, on voit clairement comment le recours à l’endettement accroît la rentabilité.

Taux de rentabilité économique = coût de l’endettement :

L’effet de levier
Ainsi, quelque soit la politique financière choisie, le taux de rentabilité financière reste le même.

Taux de rentabilité économique est inférieur au coût de l’endettement :

L’effet de levier

Dans ce cas, le recours à l’endettement pénalise la rentabilité des fonds propres.

Exercice 2 sur l’effet de levier:

le taux de rentabilité économique d’une entreprise est de 15 % (k), le rapport dettes/capitaux propres = 2.  A quel taux d’intérêt doit-elle rémunérer ses dettes pour que son taux de rentabilité des fonds propres soit égal à 14 % ? taux d’imposition 35 %

Solution des exercices:

d’après la formule de l’effet de levier :
RF= ( K+(K-I) * DF/CP)*(1-T)            T= 35%

Avec
RF = taux de rentabilité des fonds propres.
K= taux de rentabilité économique.
I= Taux d’intérêt rechercher ?
T= Taux de l’impôt ( IS)

0.14= (0.15+2( 0.15-I)*(1-0.35)
0.14= 0.0975+ 0.195 – 1.30 I
0.1525 = 1.30I

I = 11.73 %

Voir aussi

Choix optimaux d’équilibre financier fonctionnel

La problématique traditionnelle de l’équilibre financier fait ressortir la trésorerie comme un solde résiduel, le …

8 commentaires

  1. bonsoir à l’équipe, je me prénomme Roméo TCHUISSI
    je suis en plein rédaction de projet tuteuré et aimerai avoir un cour complet sur l’effet de levier,
    en plus clair, mon projet tuteuré à pour thème: « l’impact de l’effet de levier dans le financement
    des investissements ». alors un coup de main me sera vraiment utile.
    merci à tous.

  2. C’est réglé, revoir l’exercice.

  3. Moi même je n’ai pas trouvé cette réponse car si on y vas part à part:
    0,14 = (( 0,15 + ( 0,15 – i )) * ( 1 – 0,35 ) selon la formule que vous avez donné, développons maintenant
    0,14 = (( 0,15 + ( 0,15 – i )) * 0,65
    0,14 = 0,0975 + 0,65 ( 0,15 – i)
    0,14 = 0,0975 + 0,0975 – 0,65*i
    0,14 = 0,195 – 0,65 i
    -0,055 = -0,65i
    i = 0.0846 soit i = 8.46% …………………expliquer moi comment vous avez procéder pour avoir 11% ????????????????????????

  4. egalement j ai po bien saisi comment vous avez passé de 0.14= (0.15+( 0.15-I)*(1-0.35) à
    0.14= 0.0975+ 0.195 – 1.30 I quelle que chose qui manque ici j ai po trouver le meme resultat

  5. alors qu est juste 1-t ou bien 1-i ??

  6. s’informer sur les données

  7. Merci pour la remarque,c’est une faute de frappe.

  8. Le ratio de rentabilité financière s’écrit donc :

    RN/CP = ((TR*FP) – (i*DF))*(1-t) / CP.
    = ((TR* (CP+DF)) – (i*DF)) * (1-i) / CP.
    alors pourquoi « t » dans la premiére ligne (1-t) et i dans la seconde ligne (1-i)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *