Cession de créances:principes et comptabilisation

Cette procédure permet à une entreprise de céder des créances (Cession de créances) matérialisées par des factures établies sur ses clients. L’objectif est de permettre aux entreprises de céder ou donner un nantissement (donc de gager) des créances à un établissement bancaire dans le but d’obtenir une ligne de crédit (Droit à tirer).… Lire la suite …

L’escompte des effets de commerce

Pour obtenir une avance de trésorerie, l’entreprise peut décider d’escompter tout ou partie des effets détenus en portefeuille, ceci avant leur échéance. Le ou les effets escomptés seront négociés auprès de la banque qui, si elle l’accepte et sous déduction de ses agios (intérêt et commission), fera l’avance de trésorerie. L’opération sera analysée et comptabilisée différemment selon qu’il s’agit d’un effet classique (support papier) ou d’un effet créé sur support magnétique (Lettre de change relevé, Billet à ordre relevé).

Lire la suite …

La gestion du risque client

Les clients peuvent soit refuser de régler leurs commandes pour des raisons techniques (litiges), soit pour des raisons financières. Le risque essentiel est l’insolvabilité du client, et donc l’incapacité pour l’entreprise de recouvrir sa créance. La gestion du risque client va permettre à l’entreprise de : sécuriser le poste client, alléger le risque financier, développer des ventes sécurisées, améliorer la compétitivité de l’entreprise.… Lire la suite …

La cession des immobilisations en comptabilité

La sortie des immobilisations de l’actif des entreprises peut avoir des causes diverses (remplacement, recherche de plus-value, rebut, etc.) Un bien cédé ne doit plus figurer dans l’actif immobilisé de l’entreprise. Il faut donc solder tous les comptes le concernant, y compris ceux qui relèvent de caractéristiques comptables particulières (amortissements dérogatoires). Le traitement comptable de la cession doit également intégrer les aspects liés à la TVA (cession imposable ou non, régularisations de TVA).… Lire la suite …

La dépréciation des immobilisations non amortissables

Les immobilisations non amortissables peuvent connaître une dépréciation (perte de valeur) : fonds de commerce, terrains ou titres par exemple. Le principe de prudence impose de ne pas transférer sur des périodes à venir des incertitudes présentes susceptibles de grever le patrimoine et le résultat de l’entreprise. À la clôture de l’exercice, cette dépréciation sera constatée en comptabilité.

Lire la suite …

Amortissement et dépréciation des immobilisations

Les règles d’un amortissement et d’une dépréciation des actifs ont été sensiblement modifiées par une réglementation récente applicable de manière obligatoire pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2005.

Lire la suite …

Les immobilisations produites par l’entreprise

Une entreprise qui dispose des moyens et des compétences nécessaires peut produire elle-même des immobilisations qu’elle utilisera dans le cadre de son exploitation. Le Plan comptable général définit les règles d’évaluation et de comptabilisation des immobilisations produites par l’entreprise pour elle-même. D’un point de vue fiscal, ce sont des livraisons à soi-même soumises en principe à la TVA.… Lire la suite …

L’acquisition des immobilisations en comptabilité

Les immobilisations sont des biens (ou des droits) destinés à demeurer durablement dans le patrimoine de l’entreprise. On distingue les immobilisations incorporelles (fonds de commerce, brevets), les immobilisations corporelles (constructions, matériels) et les immobilisations financières (titres). … Lire la suite …

Les soldes intermédiaires de gestion-(SIG)

Le compte de résultat présente une synthèse de l’activité en classant les produits et les charges de l’entreprise dans trois catégories distinctes : les opérations d’exploitation, les opérations financières et les opérations exceptionnelles. Cette présentation est intéressante mais se révèle insuffisante pour analyser la formation du résultat de l’exercice. Le Plan comptable général propose, comme élément de l’annexe aux comptes annuels, un document intitulé « Tableau des soldes intermédiaires de gestion ». Ce tableau inclut plusieurs indicateurs qui permettent d’apprécier les résultats et la performance de l’entreprise.… Lire la suite …